Le pegging đź’— en 9 Questions & RĂ©ponses đź‘€

Dans le rang des pratiques libertines taboues, le pegging occupe une pole position. En effet, cet acte sexuel suscite toujours beaucoup d’émoi lors de son évocation. Néanmoins, pour bien la cerner, cet acte, il doit être relativisé. Cet article vous présentera l’essentiel à savoir sur le pegging.

Qu’est-ce que le pegging ?

Le pegging encore dénommé chevillage est une pratique très répandue dans les films pornographiques. Etant donné qu’il s’agit d’une sodomie, le pegging est déjà une pratique difficile à assumer. Le chevillage suscite pour le moins assez de plaisir pour intéresser les couples.

Le pegging est mal vu en société mais aussi peu compris. Plusieurs préjugés tournent autour de cette pratique. De plus, elle n’est pas sans risque. Il est donc impératif de connaître et respecter les bonnes pratiques pour rendre le pegging vraiment plaisant et sans danger.

Quelles sont les idĂ©es reçues Ă  propos du pegging ?

Le pegging s’accompagne de plusieurs idées reçues qui ont vocation à exacerber sa mauvaise réputation auprès de l’opinion publique. La première des idées préconçues est celle selon laquelle le pegging est une pratique Sadomasochiste. En réalité, elle ne l’est pas vraiment. C’est un acte qui vise à procurer du plaisir aussi bien physique et psychologique aux deux partenaires.

Contrairement aux pratiques sadomasochistes qui visent à obtenir une satisfaction psychologique entre dominant et dominé, le chevillage lui ne cherche pas à humilier ou à punir l’une des parties.

Comment pratiquer le pegging ?

Le pegging se pratique en stimulant son partenaire en le pénétrant par l’anus. Cette pénétration peut avoir lieu avec un gode ceinture ou avec les doigts. C’est une authentique pratique hétérosexuelle. Elle donne lieu à des jeux de rôle entre un homme et une femme. Dans ce cas, c’est la femme qui se charge d’effectuer la pénétration.

Le chevillage doit se faire avec un maximum de lubrification. En effet, l’anus ne produit pas naturellement du lubrifiant. Pour recevoir des Ă©lĂ©ments externes, il est donc nĂ©cessaire que ceux-ci soient bien lubrifiĂ©s.  Il n’est pas nĂ©cessaire pour une première pĂ©nĂ©tration anale d’opter pour un gode trop gros. De plus, la femme doit effectuer des va-et-vient peu intenses pour que les lĂ©sions soient Ă©vitĂ©es.

Quels sont les atouts Ă  mettre Ă  l’actif du pegging ?

Le pegging est réellement intéressant aussi bien psychologiquement que physiquement. Tout d’abord, il permet à l’homme d’obtenir un plaisir très intense étant donné que son point G se situé à l’intérieur de son anus. Hormis cet aspect, le pegging est une pratique permettant à un homme et une femme de passer un moment privilégié en brisant un interdit.

Quelles sont les risques du pegging ?

Le pegging peut engendrer des dommages s’il est mal pratiqué. Les risques peuvent aussi être psychologiques et physiques. Sur le plan physique, le chevillage peut engendrer des blessures et lésions. De plus, le pegging peut être inintéressant la première fois. Cela peut être dû à la douleur de la première fois et à l’obligation d’aller lentement dans les va-et-vient.

Sur le plan psychologique, il y a des risques réels de développer un penchant pour l’homosexualité ou d’être traumatisé par cette pratique. En effet, un traumatise ou un dégoût peut survenir dans le cas où la pratique aurait été trop violente surtout la première fois. Pour finir, l’orgasme masculin n’est pas garanti à tous les coups. Sa possibilité est grande, mais, pas autant qu’avec l’éjaculation. On en vient donc à se demander si au final le pegging n’est pas très surcoté.

Quelles sont les bonnes pratiques en matière de pegging ?

Lorsqu’on se lance dans le pegging, il y a plusieurs prĂ©cautions Ă  prendre. Concrètement il s’agit de :

  • Se munir de lubrifiants Ă  utiliser au dĂ©but et Ă  la fin de l’acte ;
  • Stimuler et masser l’anus avec douceur pour Ă©viter toute dĂ©chirure ;
  • Nettoyer le gode ou la ceinture après chaque acte ;
  • Ne pas utiliser le gode ailleurs qu’au niveau de l’anus ;
  • Il faut communiquer longuement avant et après chaque acte ;
  • Maintenez l’anus très propre car ce dernier peut ĂŞtre porteur de bactĂ©ries.

Le pegging peut-il se pratiquer hors du couple ?

Le chevillage peut se pratiquer hors du couple avec n’importe quel partenaire. Ce n’est pas à proprement parler une pratique dédiée aux couples bien qu’elle renforce grandement les liens. Vous pouvez la pratiquer avec n’importe quelle partenaire adepte des jeux sexuels dans le genre. Dans tous les cas, avant de passer à l’acte, la communication doit toujours être de mise. De plus, le consentement doit être explicite pour un plaisir mutuel.

Le pegging est-il rĂ©ellement apprĂ©ciĂ© par les hommes hĂ©tĂ©ros ?

Le pegging est un tabou social et une hantise pour les hommes qui l’assimilent à de l’homosexualité. De ce fait on lui reconnaît un certain plaisir pour les hommes. Cependant, très peu se livrent réellement à cette pratique, ce qui a tendance à poser des questionnements supplémentaires. En clair, il semblerait que cette dernière soit moins appréciée qu’on veut bien le croire

Quelle est la diffĂ©rence entre le fisting et le pegging ?

Le fisting ou fist fucking est une pratique sadomasochiste contrairement au pegging. Le fisting permet d’avoir une emprise sur la douleur de son conjoint et donc de le punir ou l’humilier si besoin alors que le pegging recherche par-dessus tout le plaisir mutuel.

In fine, le pegging ou chevillage demande autant de préparation et de précaution que toutes les autres pratiques anales. C’est une pratique de couple qui demeure tabou. Elle ne doit pas être assimilée néanmoins aux autres pratiques problématiques comme le fist fucking.

Vidéos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *